Social Menu (Header Primary) FR

Secondary Nav - FR

Actifs réels et revenu réel

Le besoin de revenus continue de grandir à un moment où les rendements des obligations mondiales sont proches de leurs plus bas niveaux historiques et où de nombreuses entreprises mondiales réduisent ou suspendent leurs dividendes. Dans ce contexte, les actifs réels se distinguent comme une source de revenus réguliers, croissants et avantageux sur le plan fiscal. Les perspectives de rendement total des actifs réels devraient leur permettre de continuer à attirer les capitaux des investisseurs.
Les actifs réels, en particulier les biens immobiliers et les infrastructures, constituent des entreprises qui fournissent des services essentiels permettant à l’économie mondiale de fonctionner. Ces services comprennent le logement, les soins de santé, le transport et la distribution de marchandises, les communications, le traitement de paiements, le stockage des données, l’électricité, l’eau, la collecte des déchets et l’Internet haute vitesse. En raison de la nature essentielle de ces services, les entreprises et les municipalités continuent de payer pour les recevoir, même en période de faiblesse économique. Beaucoup de ces revenus sont de nature contractuelle, ce qui permet la visibilité et la prévisibilité des revenus et des flux de trésorerie annuels.

Historiquement, les investisseurs considéraient les actions comme des actifs risqués destinés à générer une appréciation du capital à long terme et les obligations comme des investissements plus sûrs visant à fournir un revenu stable. Les tendances à long terme montrent que ces caractéristiques se sont inversées lorsque le rendement des obligations américaines à 10 ans a atteint un sommet en 1981 à plus de 15,0 % et n’a cessé de baisser depuis. En revanche, les rendements des dividendes ont atteint un creux à la fin des années 1990, à un peu plus de 1 %, et a dépassé les rendements des obligations pendant la crise financière mondiale de 2008.

Taux de rendement des obligations américaines à 10 ans contre celui de l’indice S&P 500

Taux de rendement des obligations américaines à 10 ans contre celui de l’indice S&P 500
Source : Bloomberg LLP. Au 10 juin 2020.
Il y a 20 ans, les investisseurs pouvaient obtenir un rendement Capital nécessaire pour générer un revenu annualisé confortable de 6,8 % en investissant dans des obligations d’État américaines à 10 ans notées AAA. Aujourd’hui, pour générer un revenu similaire à partir de titres à revenu fixe, les investisseurs sont confrontés à deux choix :
  • Prendre un risque sensiblement plus élevé en investissant dans des obligations à rendement élevé ou des obligations de marchés émergents; ou
  • allouer beaucoup plus de capitaux aux titres du Trésor.
Investir dans des entreprises ou des zones géographiques plus risquées en période de récession mondiale, de pandémie et de troubles sociaux semble être une mauvaise décision. Il est possible d’allouer davantage de capitaux aux bons du Trésor, mais pour générer le même niveau de revenus qu’il y a 20 ans, les investisseurs devraient allouer plus de 10 fois plus de capitaux.

Capital nécessaire pour générer un revenu

Capital nécessaire pour générer un revenu
Source : Bloomberg LLP. Les taux de rendement sur 10 ans des titres américains sont en date du 20 janvier 2000 et du 29 mai 2020.
Les entreprises versent généralement des dividendes sur leurs bénéfices ou leurs flux de trésorerie. Au fur et à mesure que ces bénéfices et ces flux de trésorerie augmentent, elles sont en mesure de verser des dividendes croissants à leurs actionnaires. Historiquement, les sociétés qui ont versé des dividendes croissants (ou qui ont commencé à verser des dividendes) ont surclassé les entreprises qui versent un dividende fixe et ont obtenu des résultats nettement supérieurs à ceux de l’indice S&P 500.

Les actions des sociétés qui initient ou versent des dividendes croissants n’ont pas seulement surpassé les autres actions, elles l’ont également fait avec moins de volatilité.

Rendements des actions de l’indice S&P 500 par politique de dividendes : Croissance d’un placement de 100 $

Chart - Returns of S&P 500 Index Stocks by Dividend Policy: Growth of $100
Source : Ned Davis Research, février 2020.

Rendement annuel et volatilité en fonction de la politique de dividendes

Du 31 mars 1972 au 31 décembre 2019
Chart - Average Annual Returns and Volatility by Dividend Policy
Source : Ned Davis Research. Les politiques de dividendes indiquées concernent les actions de l’indice S&P 500.
La pandémie de COVID-19 a obligé de nombreuses entreprises à cesser ou à réduire leurs activités, ce qui a entraîné une baisse des revenus, des bénéfices et des flux de trésorerie. Plusieurs stratèges ont laissé entendre que les bénéfices des entreprises mondiales pourraient chuter de 30 %, les dividendes reculant au même rythme. Au 31 mai 2020, 56 sociétés de l’indice S&P 500 ont suspendu ou réduit leurs dividendes, ce qui démontre l’incidence à long terme de la COVID-19 sur leurs activités. Dans ce contexte, la demande d’actions versant des dividendes et les primes que les investisseurs sont prêts à payer pour les sociétés qui augmentent leurs dividendes devraient augmenter. Les actifs réels qui procurent un revenu mensuel fiscalement avantageux continueront d’attirer davantage de capitaux des investisseurs, tout comme les institutions mondiales continuent d’allouer des capitaux à des actifs réels privés.

Au cours des 18 dernières années, les actifs réels ont constamment surclassé les actions et les obligations mondiales. Une grande partie des rendements totaux générés par les actifs réels a été constituée par les dividendes versés aux investisseurs. Avec des actions qui se négocient à des ratios historiquement élevés et des projections de croissance mondiale réduites par la COVID-19, l’environnement actuel continue de favoriser les actifs réels : des taux d’intérêt bas, une inflation faible, une croissance ralentie et une demande croissante de revenus fiscalement avantageux. Les grandes institutions ont déjà considérablement augmenté leur exposition aux actifs réels et continueront probablement à le faire dans ce contexte.

Rendement total des catégories d’actifs mondiales

Chart - Global Asset Class Total Returns
Source : Bloomberg du 31 décembre 2002 au 28 février 2020. Les infrastructures mondiales, les FPI mondiales, les actions mondiales et les obligations mondiales sont représentées respectivement par l’indice S&P Global Infrastructure ($CA), l’indice FTSE EPRA/NAREIT Developed Total Return ($CA), l’indice MSCI Monde ($CA) et l’indice FTSE World Broad Investment-Grade Bond (WorldBIG) ($CA). Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Les répartition des actifs réels arrivent au premier rang de l’enquête annuelle de BlackRock sur le rééquilibrage institutionnel en 2019

Chart - Allocation Outlook Real Assets Lead BlackRock’s 2019 Annual Institutional Rebalancing Survey
Source : BlackRock, à la date de décembre 2018. Les pourcentages nets représentent un pourcentage net ayant l’intention d’augmenter ou de diminuer les répartitions à chaque catégorie d’actif. (Calcul : % des entreprises ayant l’intention d’augmenter leurs dividendes - % des entreprises ayant l’intention de diminuer leurs dividendes) Tailles: Total (230); actions (225); titres à revenu fixe (230); fonds spéculatifs (133); capital-investissement (188); immobilier (203); actifs immobiliers (173); liquidités (223). À titre indicatif uniquement. Les chiffres/changements nets représentés en pourcentage sont de nature illustrative et ne constituent pas une prévision. Ces renseignements ne constituent pas une recommandation d’investir dans une catégorie d’actif ou une stratégie particulière, ni une promesse de rendement futur. Aucune analyse de leur adéquation n’a été effectuée et aucune déclaration d’opinion concernant leur adéquation n’est fournie.
« Nous semblons évoluer dans une nouvelle phase dans laquelle les taux mondiaux se chiffreront entre -2 % et +2 % pour les cinq à sept prochaines années [...] Nous croyons que les investisseurs institutionnels continueront d’utiliser une répartition alternative de 60 % dans leurs portefeuilles - contre une estimation globale de 25 % aujourd’hui. »
Bruce Flatt, PDG, Brookfield Asset Management Inc. Lettre aux actionnaires du troisième trimestre 2019.
En 2019, 33 sociétés du Fonds d’infrastructures mondiales Starlight ont augmenté leurs dividendes et distributions, avec une augmentation moyenne de 9,5 %. Le fonds a été lancé avec un rendement annuel de 5 % payé mensuellement et en 2019, 81 % de la distribution a été traitée comme un remboursement de capital à des fins fiscales, ce qui rend les distributions très efficaces sur le plan fiscal pour les investisseurs. Depuis le 31 mai 2020, 15 sociétés du fonds ont augmenté leurs dividendes et leurs distributions, la hausse moyenne se situant à 6,7 %.

En 2019, 30 sociétés du Fond d’immobilier mondial Starlight ont augmenté leurs dividendes et leurs distributions, avec une augmentation moyenne de 6,4 %. En outre, deux titres ont commencé à verser des dividendes au cours de l’année. Le fonds a été lancé avec un rendement annuel de 5 % payé mensuellement et en 2019, 87 % de la distribution a été traitée comme un remboursement de capital à des fins fiscales, ce qui rend les distributions très efficaces sur le plan fiscal pour les investisseurs. Depuis le 31 mai 2020, 12 sociétés du fonds ont augmenté leurs dividendes et leurs distributions, la hausse moyenne se situant à 8,0 %.
Table - After-Tax Yield Comparison
Source : Bloomberg, calcul des impôts par E&Y Calculators, Rapport de l’entreprise, Starlight Capital
Remarques : Les obligations à rendement élevé sont représentées par le FNB Horizons Active High Yield Bond, les actions ordinaires sont représentées par l’indice composé S&P/TSX, les actions privilégiées sont représentées par le FNB BMO Laddered Preferred Share Index. Tous les rendements et les prix sont en date du 31 mai 2020. Avantages fiscaux des SCGR et SCGI à partir de 2019.
Certains énoncés dans le présent document sont de nature prospective. Les énoncés prospectifs sont des énoncés de nature prévisionnelle, dépendent de conditions ou d’événements futurs ou s’y rapportent, comprennent des termes tels que « peut », « pourra », « pourrait », « devrait », « s’attend », « planifie », « anticipe », « croit », « estime », « projette », « prévoit », « a l’intention », « continue » et les termes comme « potentiel » et d’autres expressions similaires. Les résultats, les décisions et les événements réels pourraient donc être sensiblement différents de ceux qui sont indiqués dans les énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne comportent aucune garantie de rendement futur. Bien que les énoncés prospectifs contenus dans ce document sont basés sur des hypothèses que Starlight Capital et le gestionnaire de portefeuille considèrent comme raisonnables, ni Starlight Capital ni le gestionnaire de portefeuille ne peut assurer que les résultats véritables seront conformes aux énoncés prospectifs. Il est recommandé au lecteur de considérer ces énoncés ainsi que d’autres facteurs avec précaution et de ne pas leur accorder une confiance excessive. La société ne s’engage aucunement à mettre à jour ou à réviser de tels énoncés prospectifs à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou de tout autre facteur qui pourrait affecter ces renseignements, sauf si la loi l’exige.

Des placements dans des fonds communs de placement peuvent comporter des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion et d’autres dépenses. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur peut changer fréquemment et leur passé pourrait ne pas se reproduire.

Starlight, Starlight Investments, Starlight Capital et tous les autres logos associés de Starlight sont des marques de commerce de Starlight Group Property Holdings Inc.
© Droit d’auteur 2020 Starlight Capital Investments LP. Tous droits réservés.

Secondary Menu - FR (OffCanvas)

Language switcher - offcanvas

Social Menu (OffCanva) FR